Retour à l'accueil du blog

Petite balade chez les ch'tis

Trail De La Côte D’Opale
Trail De La Côte D’Opale - © rOmanO

Il fait beau, il fait doux, je me baigne dans une eau à 19 degré... Un air de vacance en famille souffle à Wissant, je suis dans le Nord pour participer au challenge trail de la côte d'Opale. Une course de 14km / 360d+ le vendredi soir, un 24km / 300d+ le samedi avant de terminer par l'épreuve reine du dimanche, un parcours de 62km / 1450d+. Une belle aventure qui se déroule sur la terre des deux Caps Blanc nez / Gris nez.

La nuit, c'est grisant !

Il est 18h30, je récupère mon dossard que je porterai les trois prochains jours. J'enfile mon short et mes chaussures. Le soleil commence à descendre donnant des teintes orangées au ciel. Je suis dans le sas, nous attendons le départ qui se fera avec quelques minutes de retard, il commence à faire frais. Boum. C'est parti, un peu d'embouteillage en début de course... Je me faufile, je cours à travers champs, les sensations sont bonnes. Il fait maintenant nuit noire, les frontales illuminent les sentiers. On grimpe en haut du mont de Couple, le point culminant du parcours, on quitte les coureurs du 8km. Je suis maintenant avec deux coureurs qui impriment un bon rythme. Une belle descente s'offre à nous, je déroule sans forcer... Les étoiles et la lune offrent un cadre de rêve pour ce Trail nocturne. Courir la nuit bouleverse les sens, la visibilité est limitée à la frontale. Il faut faire attention sous peine de se faire piéger dans un trou. Une dernière petite butte et j'arrive tranquillement à bout de cette première étape en 1h11. Un verre de vin chaud fera office de première récompense.

Le vent s'est levé, vive le vent

L'enfer du Nord, c'est le vent ! Nous sommes 3000 au départ sur la plage de Wissant. Les kites surfeurs en toile de fond, le soleil brille, il va faire chaud. L'ambiance est excellente, les belges sont présents en nombres. On tape dans les mains et c'est parti pour la seconde étape du challenge 24km / 300d+. On démarre sur la plage, c'est impressionnant. Je débute tranquillement, il fait chaud et il faut en garder un peu sous le pied pour demain. On quitte la plage après 4km et on attaque les chemins pour rentrer dans les terres. J'insiste mais il fait très chaud et le vent de face est fort et rend la progression difficile. On enchaine avec un petit single en forêt, ça fait du bien mais on ressort vite pour attaquer un tronçon qui nous amène vers le cap Gris Nez. C'est magnifique, les couleurs de la mer, le bleu du ciel et les champs rendent cette balade très agréable. J'arrive au ravito, je fais le plein d'eau et c'est reparti pour une petite butte. On court le long des falaises, on monte et descend des escaliers... Les jambes sont un peu raides mais je continue d'avancer. Il y a pas mal d'enfants qui nous encouragent, ça tape dans les mains. On revient sur la plage, l'arrivée se rapproche. On bifurque sur un petit chemin de sable très tendre, un vrai délice pour mes jambes. Je me mets en mode marche. Heureusement le calvaire ne dure pas longtemps et on retrouve rapidement un peu de répondant sous les chaussures. 700 mètres nous annonce un signaleur. Une dernière petite montée en mode tour de France ! La foule est au rendez-vous et scande mon nom jusqu'à l'arche, ça me donne la pêche. Un petit coût d'oeil à mes parents à l'arrivée, c'est chouette de les avoir tous les deux pour m'encourager. Sur le chemin du retour on s'arrête prendre un bain de mer à wimereux. Très agréable avant la dernière étape de demain...

L'enfer du Nord ceux sont les dunes de la Slack

On enchaine pour la troisième journée. Debout à 5h30, petit déjeuner et direction Wissant pour avaler les 62km ! Le départ est donné sur la plage en direction du cap Blanc nez. J'ai les jambes un peu raides et les genoux en vrac mais ça va le faire, j'en suis persuadé. C'est parti, d'un côté les côtes anglaises et de l'autre les falaises, un décor de rêve. Le sable est dur, la mise en jambe est agréable. On traverse une rivière d'eau salée, impossible de l'éviter, les chaussures seront mouillées et salées. On attaque les singles pour atteindre la cap Blanc Nez, premiers encouragements de mes parents qui sont présents depuis trois jours. Je me sens bien. Les visions sont à couper le souffle. Le vert des collines avec la mer et le ciel bleu en arrière plan. On attaque les 3 buttes, je monte en marchant et je relance dans les descentes, ça me paraît tellement simple. Premier ravito, je prends quelques quartiers d'orange, des bonbons et je me remets en route.

Nous sommes maintenant avec d'autres courses, on passe à 700 mètres de l'arche d'arrivée mais nous en sommes qu'à la moitié. Sadique. On redescend sur la plage, je marche un peu, je mange et je branche la musique. Je suis littéralement euphorique. La musique me transporte jusqu'à Audreselles. Je me repose un peu et je repars. Début du calvaire, je n'arrive plus à relancer ! Les 3km dans les dunes de la Slack vont m'achever ! Je préfère un bon 2000d+ en montagne que marcher dans du sable fin.... C'est tout simplement horrible. La fatigue s'installe mais je sais que je vais terminer, en rampant s'il le faut. On rejoint une nouvelle partie de sable dur à Ambleteuse, je n'ai qu'une envie c'est de me baigner. Il fait chaud. Au détour d'un chemin, nous avons droit à un tuyau pour se rafraîchir, gentillement déposé par un habitant, un peu plus loin un couple nous propose de l'eau et quelques biscuits d'apéro. J'aime ces moments, des petites attentions qui font du bien. Je suis maintenant au dernier ravito, un peu d'eau, une bise à mes parents et j'embraye pour les 7 derniers kilomètres. J'ai mal mais je profite une nouvelle fois de l'instant présent le long des falaises où l'on voit parfaitement les côtes anglaises. Je suis de retour sur la grande plage de Wissant pour la dernière fois du week-end, les mouettes sont partout, la mer est calme. Un moment apaisant. Je bifurque une dernière fois sur une partie de sable. Quelle galère ! j'arrive enfin à bout de ce 62km qui en fait en réalité 66km à ma montre. Je suis heureux, un peu vidé. Je vous le dis, l'enfer du Nord.... C'est le sable !

😃 Romain