Management émotionnel : parlez au coeur, c’est dans le coeur que se trouve la motivation !


C’était le dernier #AfterEmotionnel de l’année, l’occasion d’évoquer le management émotionnel. Vincent Caltabellotta, auteur du livre Inventons l’entreprise du 21e siècle – Organique, Émotionnelle, Numérique et Caroline Vandendriessche, lead RH chez Décathlon, nous expliquent pourquoi il est important de changer de type de management pour tendre vers un modèle émotionnel.

L’entreprise s’est construite et développée sur une hiérarchie pyramidale reproduisant les méthodes de l’armée et du clergé basées sur l’autorité. Le salarié était dépossédé du sens à donner à sa mission. On lui demandait simplement d’exécuter des tâches. Cependant, l’Homme a besoin de donner du sens à ses actions pour s’accomplir.

L’entreprise libérée peut-elle s’imposer ?

Il est acquis que les méthodes managériales ont un impact au quotidien : vie de famille, loisirs, bien être. Un salarié heureux sera un salarié bienveillant dans son travail. L’entreprise va changer, elle doit changer ! Le mouvement est en marche. Le monde de l’entreprise prend conscience des effets positifs qu’elle peut en tirer pour son développement. Cette accélération s’explique également par :

– Le développement des technologies numériques qui désacralisent la notion d’espace.
– L’autorité, héritée de l’ancien modèle, s’estompe.
– La connaissance peut s’acquérir rapidement grâce aux ressources infinies disponibles sur le web.

Pourquoi l’être humain ne peut faire de choix raisonné ?

Nous somme incapables d’identifier l’ensemble des choix possibles pour répondre à une problématique. Nous n’aurons pas plus de succès à évaluer tous les impacts de ces choix ni même identifier et prioriser des critères d’évaluations de nos choix. Nous tournons en rond. L’être humain s’arrête à la première solution satisfaisante qu’il trouve. Elle répond essentiellement à une émotion : crainte, peur, ambition… L’émotion est essentielle. Elle guide nos choix. Nous souhaitons répondre à nos besoins fondamentaux : sécurité, identité, risque. Le manager qui ne comprend pas cela ne peut pas être en phase avec son époque. L’objectif du manager émotionnel est d’aligner des personnes vers des objectif. Être authentique et dire les choses clairement.

Quelques préceptes à suivre

– Parler au coeur au lieu de l’esprit, c’est dans le coeur que se trouve la motivation. Exemple : l’année prochaine il faut que je fasse un million d’euros. C’est ton envie. J’ai envie que nous fassions un million d’euros introduit la notion d’objectif collectif.

– Avoir du lâcher prise. Accepter que ça ne se passe pas comme prévu mais que ça se passera bien. Utiliser les événements imprévus pour les tourner en positif.

– Mettre les mêmes moyens pour faire vivre une belle expérience à vos salariés. Ce sont bien vos collaborateurs qui développeront votre business !

Selon Caroline Vandendriessche qui travaille dans les ressources humaines chez Decathlon, l’une des clés du management émotionnel est d’identifier et comprendre les émotions de nos collaborateurs. L’objectif étant que celui-ci travaille toujours avec la notion de plaisir.

Il paraît évident que les entreprises ont tout intérêt à basculer vers un modèle d’entreprise où le management émotionnel est la règle :

– Des salariés heureux seront bienveillants avec vos clients
– Ils seront plus productifs au quotidien
– Ils feront rayonner les valeurs de votre entreprise autour d’eux

Caroline a scandé fièrement “j’aime ma boîte” durant sa présentation, mais combien de salariés peuvent en dire autant aujourd’hui ? La route sera encore longue…

Vous pouvez compléter cet article par la lecture du résumé sur le concept de la zone de confort.

Publié le 28/06/2017 - Romain Thierry